Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 septembre 2007 5 07 /09 /septembre /2007 08:30
La vie des enfants gascons leur permettait de disposer de tous les "armes" pour devenir ensuite cadet.

Odile Bordaz dans son livre évoque les armes répertoriées dans l'inventaire du chateau de Castelmore à la mort du père de d'Artagnan. Dans la chambre de Françoise Montesquiou, la femme du défunt, on trouve dans les placarts en plus des confitures des arquebuses à rouet, des épées. Les premières sont des armes anciennes puisque dès le milieu du XVIe siècle l'arquebuse a été remplacée par le mousquet. Mais elle était encore souvent utilisée pour la chasse, activité très fréquente chez les nobles gascons.

Dans un coffre du permier étage de la maison, l'on trouve sept mousquets. Comment d'Artagnan aurait-il pu échapper à son destin de militaire. À ce même premier étage, on recense également un table à "allonges" qui permettait de jouer aux cartes, au tric-trac (jeu à la mode) ; un billard (jeu qu'aimait Louis XIV)

400px-Arquebuse.jpg
Le mot arquebuse vient de l’allemand hachenbusche. Elle fait entre 80 centimètres et 1 mètre et pèse 10 livres (environ 7 kg). La portée de l'arme est théoriquement de 100 mètres mais au-delà de 25 ou 30 mètres la balle a perdu l'essentiel de sa vélocité et n'est guère plus dangereuse qu'un petit caillou. La cadence de tir reste le point noir avec deux ou trois tirs à la minute. De plus, après 4 arquebusades (tirs d'arquebuse), le canon de l'arme s'échauffe au point de devenir dangereux.

Un modèle plus imposant se développe un peu plus tard : le mousquet. Plus lourd (un peu plus de 10 kg) mais aussi plus long (environ 1 mètre 60), le mousquet nécessite un pied pour être utilisé. Si l'arme ne pèse guère plus que certains fusils lourds actuels, il faut penser que la visée mais surtout le chargement solliciteraient beaucoup trop les bras du mousquetaire sans un support pour un tir précis. Il est donc effectué sur l'appui d'une fourquine. Ses caractéristiques ballistiques sont cependant plus intéressantes avec une portée réelle de 50 à 75 mètres malgré une cadence de tir d'une balle par minute.






Platines1.jpg
Système de platine à mèche ou à rouet


Le premier système consiste en une mèche à combustion lente attachée au sommet d'une pièce de métal en forme de S pivotant en son centre appelée serpentin. Appuyer sur le bas du serpentin le fait basculer et la mèche entre alors en contact avec la poudre du bassinet contenant la charge propulsive de poudre noire. C'est justement parce que les deux mains étaient alors libres que la crosse apparut sur l'arquebuse.

C'est aux alentours de 1515, qu'une amélioration dans le mécanisme de tir fut inventée. Le rouet est une roue à ressort qui, lorsque relâchée par un mécanisme de détente, fait pivoter une pièce d'acier solidifié contre une pierre, projetant un jet d'étincelles dans le bassinet et, ainsi, déchargeant l'arme. Le système à rouet est plus fiable mais onéreux et fragile. Un éclat de pierre peut bloquer le ressort et rend l'arme inutilisable. Il n'équipa donc jamais les grands corps d'armée mais seulement quelques divisions d'élite. Le coût du système incita également les armuriers à faire des armes diposant d'une platine à rouet de véritables oeuvres d'art en bois précieux incrustés de nacre ou de métaux nobles.

Source : fervalaka.free.fr/armes12.htm













Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Du Rire Aux Lames
  • : C'est le blog de la troupe Du Rire aux Lames du club d'escrime de Cormeilles en Parisis
  • Contact

Recherche

Archives

Liens