Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 19:39
En 1530, le journal d'un bourgeois de Paris rapporte à ce propos une anecdote sanglante où un prête itinérant ayant reçu l'hospitalité du curé de Méru s'en prend de son glaive au serviteur de ce dernier. La violence de l'homme d'église est dénoncée, mais pas sa détention d'armes. Ainsi à la renaissance, les épées s'impose comme des biens de consommation. Comme les vêtements, elles s'achètent, s'héritent, se transforment.

Par contre l'épée à la renaissance doit partager le champ de bataille avec les armes d'Hast. Les hallebardiers et les piquiers laissent pendre de leur ceinture une épée batarde à une main et demie, une dague glisée horizontalement au bas de leur dos, tandis que les artilleurs sont équipés d'un badelaire à lame légèrement courbe. On disait aussi Baudemaire, Bazelaire, Basilaire. Arme de main à lame courbe, dont le tranchant est convexe et la pointe tournée vers le dos de l'arme. Le badelaire est un cimeterre court, à lame large. Le Badelaire disparaît vers 1560, au moins de la langue ; il est alors nommé plus ordinairement Coutelas. Blason, le terme de badelaire indique une arme identique au cimeterre. Il est parfois représenté dans un fourreau, celui-ci muni d'une bouterolle.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Du Rire Aux Lames
  • : C'est le blog de la troupe Du Rire aux Lames du club d'escrime de Cormeilles en Parisis
  • Contact

Recherche

Archives

Liens