Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 août 2008 3 27 /08 /août /2008 06:25
Samedi soir, j'ai eu la chance de voir les trois mousquetaires à Moret sur Loing (1h15 de Cormeilles). C'est intéressant de voir comment Marc (FAVIER) a réussi à modifier la version comeillaise pour l'adapter à un esapce magnifique. Les éclairages sont magnifiques racontant eux mêmes l'histoire.

MIlady est bien sûr géniale. Et Julie fait également un garde ce qui lui permet de faire une combat suplémentaire, très impréssionnant.

Flamby est un superbe d'Artagnan. Il se donne sans compter, et pas seulement dans les baisers. Celui-ci avec Constance est digne d'un film américain. Les trois mousquetaires sont gascons à souhait. Et de nombreux jeunes font oublier leur âge en tenant bien leur rôle.

Les combats sont très bien. Je pensais que seuls les Du Rire Aux Lames pouvaient en produire des bons, mais non.
Donc si vous avez un moment, rendez à Moret Samedi soir à partir de 21h30 et avec de quoi vous couvrir, il peut faire frais au bord du loing.


Partager cet article
Repost0
26 août 2008 2 26 /08 /août /2008 06:17
Nérac fut d'abord, sous le règne de Marguerite d'Angoulême, sœur de François Ier et de Jeanne d'Albret, une capitale de l'Esprit, un foyer culturel et spirituel, accueillant notamment Clément Marot, qui y trouve "un asile plus doux que la liberté" et Calvin qui y fait étape avant de rejoindre Genève.

Mais Henri de Navarre, futur
Henri IV, va transformer Nérac en véritable capitale politique. II retrouve en août 1576 le château de son enfance et pendant six ans, il vivra entouré d'une cour d'intellectuels et d'écrivains (Agrippa d'Aubigné, Duplessis, Ravignan), de diplomates et de chevaliers dans une ambiance de fête où se mêlent joie de la table, chasse, musique et comédie italienne. Pendant que son épouse, la reine Margot, fait aménager en promenade le parc de la Garenne, s'affirme le futur "Vert Galant" qui séduisit Fleurette, et dont la légende raconte qu'elle est morte d'amour, noyée dans la Baïse.
Marguerite de Valois, épouse d'Henri IV, vécut également à Nérac qui vit passer le Prince de Condé et Catherine de Médicis, Louis XIII et Louis XIV.

Plus récemment, d'autres hôtes illustres ont apprécié la douceur de ce climat d'une verte campagne à l'orée de la forêt landaise parsemée de lacs. Le Baron Haussman, l'urbaniste célèbre, y fut sous-préfet. Il reçut Georges Sand, l'écrivain.
Partager cet article
Repost0
25 août 2008 1 25 /08 /août /2008 06:12
Quatre années après son mariage, il profite des troubles pour s'enfuir. Ayant regagné son royaume de Navarre et son gouvernement de Guyenne, il renoue avec le protestantisme (le 5 février 1576) et installe sa cour au château de Nérac. Pour devenir chef des protestants, il rivalise avec son cousin le prince de Condé, avec qui il ne s'entend pas. En 1578, la reine mère, Catherine de Médicis lui rend visite pour lui ramener son épouse Marguerite et ainsi pacifier le royaume.
La prise de Cahors, en mai 1580, où il réussit à éviter pillage et massacre malgré trois jours de combats de rue, lui vaut un grand prestige à la fois pour son courage et son humanité4.
Le couple Navarre mène un bon train de vie, ce dont se plaignent les pasteurs. Les aventures féminines du roi créent la discorde au sein du couple et provoquent le départ de Marguerite à Paris. Le coup d'éclat de Marguerite à Agen (1585) consomme leur rupture.
Partager cet article
Repost0
24 août 2008 7 24 /08 /août /2008 00:00
Quels sont le plus jeune et le plus ancien des médaillés en escrime aux JO de Pékin. Allez une question pas trop difficile pour ce jeux du Dimanche.

Et allez voir le blog de l'équipe de France en cliquant sur la photo

Partager cet article
Repost0
23 août 2008 6 23 /08 /août /2008 06:09
Il s'agit de l'armée et de l'Eglise. Voici une expression du samedi, Théophile Gautier fait de cette expression un usage plaisant.

 " Qu'importe que ce soit un sabre ou un goupillon ou un parapluie qui nous gouverne !... C'est toujours un bâton, et je m'étonne que des hommes de progrès en soient à disputer sur le choix du gourdin qui leur doit chatouiller l'épaule".

Théophile GAUTIER, Mademoiselle de Maupin.
Partager cet article
Repost0
22 août 2008 5 22 /08 /août /2008 06:22
C'est certainement le livre de cape et d'épée que je préfère. Un jeune (noble) qui venge l'honneur de son ami révolutionnaire en devenant comédien, puis escrimeur le tout écrit par un grand romancier Théophile Gautier. Quand est-ce que Marc nous met cela en scène ?

Avec des histoires d'amour nécessitant au moins quinze ans de psychanalyse. Ce sont des rôles pour Julie.

En plus on peut le lire presqu'à tout âge.
Partager cet article
Repost0
21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 06:55
En 1572, succédant à sa mère Jeanne d'Albret, Henri de Navarre devient roi de Navarre sous le nom d'Henri IV. Certains auteurs prétendent toutefois qu'il l'aurait déjà été de manière titulaire dès 1562 (mort d'Antoine de Bourbon, roi consort) alors même que le trône de Navarre ne venait pas du côté paternel. Jeanne d'Albret était protestante, et avait élevé son fils selon cette religion. Elle avait de plus déclaré le calvinisme religion officielle en Navarre.
Le 18 août 1572, Henri est marié à Marguerite de France, sœur du roi Charles IX, aussi connue sous le nom de « reine Margot ». Ce mariage auquel s'était opposée Jeanne d'Albret, a été arrangé pour favoriser la réconciliation entre catholiques et protestants, créant un problème car Margot, étant catholique, ne peut se marier que devant un prêtre, et Henri, lui, ne peut entrer dans une église. Mais les reines mères trouvent la solution. Margot et Henri célèbreront leur mariage sur le parvis de Notre-Dame. S'ensuivent dix jours de fête. Cependant, dans un climat très tendu à Paris, et suite à un attentat contre Gaspard de Coligny, le mariage est suivi quelques jours plus tard du massacre de la Saint-Barthélemy. Épargné par les massacres, Henri est contraint de se convertir au catholicisme.
Interdit de quitter la cour, il suit le roi dans ses déplacements, il participe au siège de La Rochelle et se lie politiquement avec le duc d'Alençon. Après sa participation aux complots des Malcontents, il est fait prisonnier au côté d'Alençon (1574). Si la clémence du roi lui fait éviter la peine de mort, il reste prisonnier. À l'avènement d'Henri III, il recouvre un semblant de liberté mais la suspicion royale maintient la surveillance sur sa personne. Il reçoit à Lyon le pardon du nouveau roi et participe à la cérémonie du sacre à Reims.
Partager cet article
Repost0
20 août 2008 3 20 /08 /août /2008 12:36
Henri IV est né au château de Pau. La légende dit qu'il aurait été baptisé avec une gousse d'ail et une goutte de vin de Jurançon, et que son berceau était une carapace de tortue. Par la volonté de son grand-père Henri d'Albret, Henri passe sa petite enfance dans la campagne de son pays où il s'amuse avec les enfants des paysans du coin. Il grandit au château de Coarraze. Il est éduqué dans la plus grande rectitude morale. Fidèle à l'esprit du calvinisme, sa mère prend soin de l'instruire selon les préceptes de la Réforme. À la mort du roi François II en 1560, son père l'amène à la cour de France où il l'élève dans la religion catholique. Henri grandit à Saint-Germain-en-Laye aux côtés du petit roi et des princes royaux. Protégé par Renée de France durant la première guerre de religion, il reçoit après la mort de son père en 1563, les charges que celui-ci avait. Il accompagne la famille royale durant son grand tour de France. C'est à cette occasion qu'il retrouve sa mère qu'il n'avait pas vue depuis plusieurs années. Après le grand tour de France, il retourne vivre avec sa mère et retourne à la religion protestante.

Source : Wikipédia.
Partager cet article
Repost0
19 août 2008 2 19 /08 /août /2008 06:32
Arrêtons nous un instant sur ce roi ayant laissé de nombreux souvenirs. Henri IV, né Henri de Bourbon (13 décembre 1553 à Pau - 14 mai 1610 à Paris) fut roi de Navarre (Henri III de Navarre, 1572-1610) puis roi de France (1589-1610), premier souverain français de la branche dite de Bourbon de la dynastie capétienne.
Il était le fils de Jeanne III, dite Jeanne d'Albret, reine de Navarre et d'Antoine de Bourbon, chef de la maison de Bourbon, descendant du roi Louis IX et premier prince de sang1. En vertu de la « loi salique » cette filiation fera d'Henri le successeur naturel du roi de France à la mort de François, duc d'Anjou (frère et héritier du roi Henri III), en 1584.
Contemporain d'un siècle ravagé par les guerres de religion, il y fut d'abord lourdement impliqué en tant que prince de sang et chef protestant avant d'accéder au trône de France. Pour être accepté comme roi, il se convertit au catholicisme, et signa l'Édit de Nantes, énième traité de paix qui autorisait tout en la limitant la liberté de culte pour les protestants mais mit fin aux guerres de religion. Il fut assassiné le 14 mai 1610 par un fanatique, François Ravaillac, rue de la Ferronnerie à Paris.
Partager cet article
Repost0
18 août 2008 1 18 /08 /août /2008 06:21
Avec le développement de l'épée civile, l'escrime devient un enjeu distinctif pour la noblesse. La noblesse démontre les mêmes motivations d'autodéfense que les roturiers lorsqu'elle passe le baudrier mais ses justifications se trouvent encore renforcées par les modes de représentation dont elle constitue l'objet. Pour Henry Iv, l'autorisation de porter des armes à feu doit être conservée pour les memebres de l'aristocratie et les autorités de police chargées de faire régner l'ordre. L'idée que le second été se définit par le métier des armes, bien lisible ici, anime les comportements de la noblesse. Les aristocrates portent donc l'épée par profession. Gnetilhomme et capitaine peuvent devenir de parfait synonyme.
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Du Rire Aux Lames
  • : C'est le blog de la troupe Du Rire aux Lames du club d'escrime de Cormeilles en Parisis
  • Contact

Recherche

Archives

Liens