Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 06:34
Quoi qu'il en soit, tant que la maison d'Anglure subsista, le prénom de Saladin fut de siècle en siècle porté dans cette famille. Devenus propriétaires du château de Jours en Bourgogne de Bourlemont en Lorraine, d'Estoges en Champagne, etc., les Saladins d'Anglure conservèrent partout cette tradition et la firent représenter à l'aide de la peinture et du ciseau dans ces diverses résidences. A Jours, on montrait encore, avant la révolution, deux figures de plomb posées en jaquemart, et qui dominaient la toiture du château : l'une était appelée Saladin, et l'autre le chevalier d'Anglure. Le Musée archéologique de Dijon conserve un retable sculpté, provenant de ce manoir remarquable, entièrement construit dans le goût de la renaissance. Enfin le château de Bourlemont possède dans sa chapelle plusieurs tombes gravées, où sont figurés des seigneurs de la maison d'Anglure couchés, les mains jointes, vêtus en guerre et armés de leurs blasons.
Partager cet article
Repost0
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 06:29
Jean d'Anglure, c'est le nom que lui donne la légende, goûtait depuis quelque temps les douceurs de la famille. Mais tous ses efforts n'avaient pu réussir à rassembler la somme à laquelle avait été fixée sa rançon. Cependant le délai expire ; le chevalier songe à sa parole engagée, il s'arrache à son bonheur et retourne en captivité. Le sultan touché de tant de noblesse, ne voulut pas se laisser vaincre en générosité. Il combla le chrétien de présents et le renvoya libre, mais à deux conditions : la première, que les aînés de sa maison s'appelleraient Saladin ; la seconde, qu'il prendrait désormais pour armes des grelots soutenus de croissants, symbole oriental.

Certains généalogistes racontent différemment cette aventure. Selon eux, un seigneur d'Anglure ayant vaincu un mécréant du nom de Saladin, les chrétiens l'engagèrent à transmettre à ses aînés ce nom, comme un souvenir impérissable de son exploit. Quant aux armes, ils prétendent que de tout temps elles se composèrent de grelots accompagnés d'anglures ou découpures en angles, ce qui formait des armoiries parlantes.
Partager cet article
Repost0
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 07:06
Maintenant que nous avons présenté les principaux personnages, voici l'histoire d'Ogier.

Anglure est le nom d'un village et d'un château situés à l'angle d'une île, sur l'Aube, à quelque distance de Troyes, sur les limites du département de la Marne. Suivant la tradition, les sires d'Anglure s'appelaient primitivement Saint-Chéron, et portaient pour armes une croix ancrée de sable sur un champ d'argent.

Mais il arriva qu'un gentilhomme de cette famille partit pour la croisade et se battit contre les infidèles. Vaincu et fait prisonnier par Saladin, il fut chargé de fers et réduit au sort des esclaves. Cependant le vainqueur, frappé de la bravoure qu'il avait déployée dans la bataille, lui promit sa liberté, moyennant une forte rançon, et lui accorda la liberté d'aller la chercher lui-même, pourvu qu'il laissât au départ un gage de sa fidélité. Je suis pauvre et nu dit le gentilhomme ; mais je t'engage un trésor qui me reste, plus précieux cent fois que toutes les richesses du monde, ma foi de chevalier. Saladin le laissa partir.

Le seigneur d'Anglure arrive à la porte de son manoir, défiguré par les souffrances de la captivité, par les fatigues du voyage, par sa longue barbe et son habit de pèlerin. Ses serviteurs le prennent pour un étranger, et ne cèdent qu'avec peine à ses instances pour lui livrer l'entrée. Il trouve sa jeune épouse qui, se croyant veuve, célébrait ce jour même les fiançailles d'une nouvelle union. A l'aide d'un anneau rompu dont chacun des époux avait conservé une moitié le mari parvient à se faire reconnaître, et les préparatifs d'allégresse servent à fêter son retour inattendu.
Partager cet article
Repost0
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 07:07
Un grand merci à tous, pour le Séraphin de samedi. Le dernier peut-être de nos spectacles du samedi matin, réforme oblige et

pour Art'isme, bonne journée, avec un dernier passage épique...

Partager cet article
Repost0
1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 00:01
Comme prévu nous avons joué hier Séraphin, le dernier de la saison. Nos jeunes spectateurs (près de 200), ont apprécié cette dernière. Notre dame XIX a souffert au début, mais je crois qu'elle va mieux maintenant.

Une dernière question, sur une personne que nous avons déjà évoqué et que dont aimerions raconter la vie. Allez une question à la LEPERS "Je suis né en guadeloupe. J'ai été éduqué par Platon qui m'a appris à monter à cheval, à nager, à tirer l'épée et à jouer du violon. Je jouis d'une excellente réputation d'escrimeur-musicien. Je suis mort en 1799."

Qui suis-je ?

Partager cet article
Repost0
31 mai 2008 6 31 /05 /mai /2008 06:44
Il s'agit du bâton mobile, utilisé pour manoeuvrer une chaise à porteur. Ce véhicule à une place était porté à bras d'homme à l'aide de deux bâtons de chaise. C'était un moyen de transport à la mode au XVIIe siècle. Les bâtons de chaise étaient donc très souvent remués. Ils servaient également à barrer la porte de la chaise lorsque celle ci était réservée.

C'est donc bien une vie arrassante, désordonnée qu'avaient ses bâtons. Comme l'expression l'exprime aujourd'hui.
Partager cet article
Repost0
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 06:39
Saladin n'a jamais porté officiellement le titre de sultan, qui lui est pourtant donné par de nombreux contemporains. Il estimait que ce titre, correspondant au "bras séculier" du califat, revenait de droit aux Seldjoukides d'Iran. C'est seulement après l'élimination des Seldjoukides par les Mongols que les Ayyubides s'attribueront ce titre.
Éloge de Saladin par Usâma ibn Munquidh qui fut l'un de ses compagnons d'arme :
« Plaise à Dieu d'embellir l'islam et ses fidèles en donnant longue vie à Salâh ad-Dîn, en les aidant par le tranchant de son épée et ses décisions, en les abritant dans l'ampleur de son ombre! Et comme il a, pour eux, lavé de toute impureté les sources de ses mérites, puisse-t-il de même soumettre la terre à son très haut pouvoir de commander ou de défendre, et les têtes de ses ennemis à la sentence de son sabre.5 »
Le même ne se prive pas par ailleurs de trouver Saladin d'une brutalité excessive. Au cours d'une bataille près de Homs la pluie a rendu le sol impraticable pour les chevaux. Les fantassins se battent en corps à corps, l'un d'entre eux s'éloigne pour se réfugier dans Homs :
« Salâh ad-Dîn était posté avec moi, et nous regardions devant nous ces fantassins. L'un d'eux courut rejoindre ceux de Homs, auxquels il se mêla. Salâh ad-Dîn, qui l'avait vu dit à l'un de ses compagnons :
-Amenez ici l'homme qui était à côté du fuyard !
Quand ce fut fait , il demanda :
- Quel était celui qui se trouvait à côté de toi et s'est enfui pour aller à Homs ?
– Par Dieu, Seigneur, répondit le fantassin, je ne le connais pas
- Tranchez le par le milieu! ordonna Salâh ad-Dîn [... Usâma essaie vainement d'adoucir la peine ...]
Salah ad-Din dit :
- Quand quelqu'un déserte, on prend celui qui était à ses côtés et on lui coupe le cou., ou bien on le tranche par le milieu.
On l'entrava comme le voulait l'usage, et on le coupa en deux6 »
Malgré sa farouche opposition à la puissance chrétienne, Saladin gagna en Europe une immense réputation de souverain chevaleresque, à tel point qu'il exista au xive siècle un poème épique sur ses exploits et que Dante l'inclut parmi les âmes païennes des limbes.
L'empereur d'Allemagne Guillaume II lors de sa visite à Damas en 1898, a offert à l'empire Ottoman la restauration du mausolée de Saladin construit en 1193, et un sarcophage de marbre. Actuellement dans le mausolée qui se trouve près de la mosquée des omeyyades, il y a deux sarcophages : celui en marbre resté vide et celui en bois qui contient le corps de Saladin. Pour Guillaume II, il s'agissait d'honorer celui qui a vaincu à la fois l'Angleterre et la France.
La province de l'Irak actuelle qui contient la ville de Tikrit s'appelle en son honneur Salah ad-Din.
Partager cet article
Repost0
29 mai 2008 4 29 /05 /mai /2008 06:35
La bataille de Hattin et la chute de Jérusalem provoquent la Troisième croisade. Cette croisade reprend Acre et Saladin est battu encore une fois par un roi chrétien, Richard Ier d'Angleterre, à la bataille d'Arsouf en 1191. Cependant, l'armée des croisés est à bout de souffle, ses chefs divisés, ses hommes partagés entre les nombreuses villes reprises. Richard n'est pas en mesure de marcher sur Jerusalem.
La relation entre les deux hommes était mêlée de respect et de rivalité militaire. Quand Richard fut blessé, Saladin offrit le service de son médecin personnel, le grand Moïse Maïmonide ; à Arsuf, quand Richard perdit son cheval, Saladin lui en envoya deux en remplacement. Il y eut même le projet de marier la sœur de Richard, Jeanne de Sicile, avec le fils de Saladin. Les deux arrivèrent à un accord pour Jérusalem en 1192 aux termes duquel la cité resterait musulmane mais serait ouverte aux pèlerins chrétiens.
Peu après le départ de Richard, Saladin meurt en 1193 à Damas. On peut lire sur sa tombe: « Seigneur, accorde-lui sa dernière conquête, le paradis ».

Source : Wikipédia
Image : Richard et Saladin
Partager cet article
Repost0
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 06:26
Un grand merci à tous ceux qui ont tenu le campement Du Rire Aux Lames aux médiévales d'Argenteuil.

Un TRES grand merci à tous nos spectateurs, visiteurs, n'hésitez pas à continuer la fête en regardant les photos.

Partager cet article
Repost0
27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 07:00
    Tant qu'il n'a pas terminé l'unification de la Syrie et de l'Égypte et consolidé son pouvoir, Saladin laisse tranquille le royaume des croisés. En 1177 le roi Baudouin IV lui inflige une lourde défaite à la Bataille du mont Gisard. Renaud de Châtillon, en particulier, attaque les routes musulmanes de commerce et de pèlerinage et menaçe d'attaquer La Mecque avec une flotte sur la Mer Rouge.
    C'est seulement dix ans plus tard, en 1185, à l'approche de la mort de Baudouin IV de Jérusalem, qu'il décide de relancer le Djihad (tombé en désuétude dans le monde musulman). En juillet 1187, Saladin envahit le royaume de Jérusalem, affaibli par les disputes entre les Templiers et les barons francs et anéantit l'armée croisée, encerclée après une marche épuisante, sur la colline de Hattin.

    Saladin capture et fait exécuter Renaud de Châtillon; il capture également le roi Guy de Lusignan. Ensuite il s'empare de Jérusalem le 2 octobre 1187. Il reprend rapidement toutes les cités croisées, Tyr exceptée.
    Il permet aux chrétiens de quitter les villes conquises et de regagner la côte sains et saufs avec une partie de leurs biens, générosité exceptionnelle pour l'époque et qui lui vaut l'estime de ses adversaires. À Jérusalem, il rend à l'islam l'église du Temple (mosquée Al-Aqsa) mais laisse aux chrétiens le Saint-Sépulcre et rend aux juifs le Mur des Lamentations et leurs synagogues, supprimées par les Croisés. Cette mansuétude fait beaucoup pour l'édification de l'image du « Chevalier de l'islam ».
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Du Rire Aux Lames
  • : C'est le blog de la troupe Du Rire aux Lames du club d'escrime de Cormeilles en Parisis
  • Contact

Recherche

Archives

Liens