Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mai 2008 1 26 /05 /mai /2008 06:17
Le  zengide Nur ad-Din qui menait la lutte contre les croisés, pensait pouvoir compter sur l'aide de Saladin. Il avait pour cela réunifié la Syrie sous son autorité. Saladin ne participa pas aux invasions menées par Nur ad-Din en 1171 et 1173 contre le royaume de Jérusalem, il espérait que le royaume croisé resterait en place, agissant comme une zone « tampon » entre l'Égypte et la Syrie.
En 1174, Nur ad-Din s’apprête à se rendre en Égypte pour y affronter Saladin. Il est saisi par une fièvre qui le terrasse. Son fils, le jeune As-Salih Ismail al-Malik devint l'héritier légitime, et Saladin se déclara son vassal. Saladin prend le contrôle de la Syrie. Il marche sur Damas qui lui ouvre ses portes (octobre), prend Homs et Hama puis assiège Alep (décembre). Pendant ce siège, le faible As-Salih Ismail al-Malik qui est en titre sultan d'Égypte et de Syrie, se voit dépossédé par Saladin. Lui et ses conseillers décident de recourir aux services des Assassins pour se débarrasser de Saladin. Le 22 mai 1176, un attentat dans le camp de Saladin échoue. Les batinis sont massacrés. Saladin se fait investir par le calife du gouvernement de l’Égypte et de la Syrie. Saladin réalise pour son propre compte le rêve de Nur ad-Din. En revanche Alep et Mossoul, les deux autres grandes cités que Nur ad-Din dirigeait, n'ont jamais été prises. Saladin réussit à imposer son influence et son autorité sur elles en 1176 et en 1186 respectivement.
Saladin épouse la veuve de Nur ad-Din, vainc les autres prétendants au trône et prend les rênes du pouvoir en Syrie en 1185.
Partager cet article
Repost0
25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 00:01
Allez un jeu facile, car nous serons surtout à Argenteuil à la fête médiévale. Venez nous voir.

Il s'agit de trouver un objet  qu'aurait trouvé la sainte qui a retrouvé la croix du Christ (reliques...). et qui a retrouvé aussi cet objet (relique également) qui a un lien avec Argenteuil.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2008 6 24 /05 /mai /2008 08:57
L'art militaire a son vocabulaire. La chamade était le signal que donnaient les assiègés, avec le tambour (le plus souvent), la trompette ou en arborant un drapeau blanc pour avertir qu'ils voulaient parlementer.

Aujourd'hui lorsque le coeur bat la chamade, c'est plutôt une belle aventure qui s'annonce, mais c'est peut-être aussi une capitulation.

Voici l'expression du Samedi, 

qui reste dans l'affectif...
Partager cet article
Repost0
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 06:01
Ogier, sous les ordres de Renaud de Chatillon s'oppose donc à la bataille de Hattin à Saladin. Voici ce grand chef musulman :

Youssouf (Joseph), fils d'Ayyûb, est né à Takrit sur le Tigre dans une famille kurde originaire de Dvin, l'Arménie antique3. Avec son oncle Shîrkûh, il appartenait à une famille militaire kurde au service de Nûr al-Dîn ', émir turc d'Alep. Celui-ci l'envoie en Égypte pour soutenir la dynastie fatimide, menacée par les Croisés.
De nombreux turcs Seldjoukides refusèrent de servir sous les ordres d'un Kurde. Comme de plus, après une longue lignée de califes enfants le pouvoir en Égypte était instable, la position de Saladin était initialement précaire.
En 1169, il prend la succession de son oncle au poste de vizir au Caire. Après avoir relancé l'économie égyptienne et avoir réorganisé son armée, sur demande de Nûr al-Dîn, il abolit le califat chiite fatimide en 1171, suite au décès du jeune calife Al-Adid
Saladin entoure la capitale d'un mur de calcaire qui s'étend d'al-Qahira jusqu'à Fustat et le Nil. Au centre de ce système défensif se trouve la Citadelle, d'où le nouveau souverain gouverne le pays. Ouverte désormais au peuple, al-Qahira, dont les palais sont démolis, abrite les caravansérails, les souks et les demeures des commerçants, des artisans et des bourgeois du nouveau régime4.
Il fonde ainsi la dynastie des Ayyoubides qui va régner sur l'Égypte jusqu'en 1250. Il met son pouvoir sous l'autorité morale du calife abbasside de Bagdad Al-Mustadhî bi-'Amr Allah.
Avec ses frères, Saladin transforme l'Égypte en un fief de famille, d'abord sous la tutelle de Nûr al-Dîn, puis pratiquement indépendant après sa mort. Il restaure également le sunnisme en Égypte, contre l'héritage chiite des Fatimides, ce qui bouleverse la vie des chrétiens coptes et des juifs, dont les tolérants fatimides s'étaient servi avec succès dans l'administration, le commerce et les sciences.
Après la mort de Nûr al-Dîn, Saladin s'emploie à étendre son autorité sur Damas puis Alep, gouvernées par des fils de Nûr al-Dîn. Face aux croisés, sa politique est d'abord prudente. Mais le raid de Renaud de Châtillon en mer Rouge, et sa menace de mettre au pillage La Mecque, fait de Saladin le défenseur des Villes Saintes et le champion de la lutte contre les croisés.

La suite Lundi.
Partager cet article
Repost0
22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 06:56
En 1182, il monte une expédition en Mer Rouge, pille les ports du Hedjaz et menace les villes saintes de l'Islam, La Mecque et Médine. En chemin, il coule un bateau de pèlerins musulmans se rendant vers Jeddah. Tandis que Renaud, chargé de butin, remonte vers ses terres, ses hommes continuent à sillonner la mer Rouge et pillent le Hedjaz ; l'idée de base était certainement excellente (menacer La Mecque pouvait créer une utile diversion en détournant les forces arabes du Royaume de Jérusalem) mais aurait demandé plus de moyens et une exécution autrement plus rationnelle dont Renaud de Châtillon, toute sa vie le montre, était absolument incapable. Le frère de Saladin, al-Adel, qui gouverne en Égypte, lance contre eux une flotte qui écrase les pillards. Certains d’entre eux sont conduit à La Mecque pour y être décapités en public.
Saladin lance des raids sur son territoire (1183). Il assiège la forteresse de Kérak, mais fait épargner le secteur où se déroulent les noces de la belle-fille de Renaud. Celui-ci ne doit son salut que grâce aux secours de Baudouin IV.
A la mort de Baudouin IV (1185), la régence du royaume de Jérusalem va à Raymond III de Tripoli, qui traite avec Saladin. La mort du jeune Baudouin V donne le trône à Guy de Lusignan (août 1186). Le pouvoir effectif passe au parti de Renaud de Châtillon.
En 1187, il attaque encore une caravane allant de l'Égypte à Damas. La trêve est rompue et Saladin engage la guerre contre le royaume de Jérusalem. La bataille entre les deux armées a lieu le 4 juillet 1187 à Hattin et les Francs sont vaincus. Renaud, fait prisonnier, est immédiatement décapité d'un coup de sabre par Saladin.

Source : Wikipédia
Partager cet article
Repost0
21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 06:48
Il offre alors ses services au roi Baudouin IV de Jérusalem qui lui donne la seigneurie d'Hébron. En épousant la jeune veuve de Miles de Plancy, Étiennette de Milly, dame d'Outre-Jourdain, il devient seigneur de Montréal et d'Outre-Jourdain. Il tient notamment les forteresses de Krak et de Chawbak et de là, il va rançonner les caravanes passant dans les environs.
Ses années de captivité ne l'ont pas du tout assagi et il multiplie les provocations. Allié des Templiers, il exerce sur la cour de Jérusalem une influence grandissante. Il est partisan d’une politique de conquête face aux musulmans, malheureusement motivée beaucoup plus par ses espoirs de pillage que par des considérations stratégiques.
Contrairement aux chroniqueurs francs, qui semblent vouloir minimiser son rôle en cette occasion, mais conformément à tous les chroniqueurs musulmans, on pense maintenant que c'est Renaud de Châtillon qui commandait l'armée des croisés lors de la célèbre bataille de Montgisard (25 novembre 1177).
En 1181, malgé une trêve conclue entre Baudouin IV de Jérusalem et Saladin, il pille une caravane se rendant à la Mecque. Saladin s’en plaint à Baudouin IV de Jérusalem, qui ne trouve pas la force de sévir contre son vassal (il était alors en pleine crise dans sa maladie). Saladin, fou de rage, aurait déclaré qu'il tuerait Renaud de Châtillon de ses propres mains.

Source wikipédia : link
Partager cet article
Repost0
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 06:33
Continuons l'histoire dOgier qui accompagne donc Renaud de Chatillon personnage qui mérite un développement.

Certaines sources 1 font de Renaud de Châtillon le fils d'Henri Ier, seigneur de Châtillon et d'Ermengarde de Montjay mais, d'après Jean Richard2, il aurait été fils d'Hervé II de Donzy, qui était seigneur de Gien, Châtillon (Châtillon-sur-Loing, actuellement Châtillon-Coligny) et Donzy.
C'est un cadet sans fortune, mais qui passe pour être un magnifique guerrier. Il part pour la Terre sainte et, au printemps 1153, épouse Constance, princesse régente d'Antioche, veuve de Raymond de Poitiers. Aimery de Limoges, patriarche d’Antioche, dont ce mariage diminuait l'influence sur la princesse, ayant parlé de lui avec mépris, Renaud le jette en prison, le fait torturer, puis après avoir enduit ses blessures de miel, l’enchaîne et le fait exposer au soleil et aux insectes. (voir l'image)
Prétextant le refus du basileus Manuel Ier Comnène de lui payer une somme due pour services militaires contre le prince Thoros II d'Arménie, il décide de lancer un raid contre Chypre, qui était alors un thème byzantin. Il s'allie avec son ennemi de la veille Thoros et débarque à Chypre au printemps 1155, défait sans difficultés la garnison byzantine, puis ravage systématiquement l’île : les champs cultivés sont brûlés, les troupeaux massacrés, les églises, les palais et les couvents pillés et incendiés, les femmes violées, les vieillards et les enfants ont la gorge tranchée, les hommes riches sont emmenés en otage et les pauvres décapités. Avant de quitter l’île avec son butin, Renaud fait rassembler tous les prêtres et les moines grecs et leur fait couper le nez avant de les envoyer à Constantinople. Même en cette époque où la piraterie contre Byzance est chose ordinaire, la violence de cette razzia indigne tous les chroniqueurs.
Très vite, les exactions de Renaud le rendront odieux à ses voisins Alépins, aux Byzantins et à ses propres sujets.
Pendant les trois années qui suivent le raid sur Chypre, Renaud est aux côtés du roi Baudouin III de Jérusalem dans divers combat contre les forces musulmanes ce qui lui permet en 1158 de reprendre Harim à Nur ad-Din.
Partager cet article
Repost0
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 07:31
Vive les fins d'année scolaires et nos week-ends bien occupés.

    Ce Week-end, a commencé par vendredi par l'exposition (et son vernissage) à la mairie qui se terminera le 28. Pensez à y aller. Vous y verrez le film du spectacle 3 mousquetaires joué en décembre au Cormier (theâtre de Cormeilles).

    Puis Samedi, un stage d'escrime pour Didier et Pascal a précédé la représentation du banquet à Gouvieux. Il s'agissait de faire une surprise à Wolfgang qui fêtait ses 40 ans. Ce cadeau, original, avait été commandé par sa femme, qui nous a très chaleureusement remercié. Je crois qu'elle ne s'attendait pas à cela. Le public d'abord un peu froid est vite rentré dans le jeu. La sorcière Isabel envoutante s'est même transformé, sans difficulté, en Marylin en fin de spectacle. Le chef des gardes (Didier) a su sélectionné le garde le plus beau... Celui-ci accompagné par fois dun chevalier (Daniel) a su faciliter la soirée. Sa défense a même permis de vérifier la solidité du plafond de la salle. Enfin un malvenu (male faisant) a enfin réussit a apporté le gâteau d'anniversaire. Et nous étions accompagné, par Jean Sylvain, excellent magicien, avec qui j'espère nous retravaillerons.

Dimanche, après une répétition (en petit nombre) du Son et Lumière, nos valeureux mousquetaires ont continué à expliquer leur vie et surtout à former des jeunes cadets.

MERCI A TOUS.

Le prochain Week End à Argenteuil... la semaine prochaine.

En photo l'église de Gouvieux,

Il reste des points à prendre sur les deux derniers jeux du dimanche
Partager cet article
Repost0
18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 00:01
L'exposition Mousquetaire du mythe à la réalité donne le prétexte à ce jeu du dimanche Difficile. Certains mousquetaires étaient cantonnés dans le Fort Saint Sébastien, situé à l'époque sur la Commune de Saint Germain. Mais aujourd'hui où serait ce fort qui a maintenant disparu.

Bonne recherche et il reste des points à prendre pour le jeu de dimanche dernier.
Partager cet article
Repost0
17 mai 2008 6 17 /05 /mai /2008 06:13
Voici une belle expression médiévale.

    Neveu de Philippe le Bel, Philippe naquit en 1293. A la mort du roi de Charles IV, dernier représentant des capétiens directs, se posa le problème de la succession au trône. En attendant que la reine Jeanne mette son enfant au monde, les barons confièrent la régence à Philippe, puis le désignèrent comme roi trois mois plus tard.
    Il fut alors appelé au secours du comte de Flandre en butte à la révolte de ses sujets et incapable de les maîtriser. Le 23 mai 1328, Philippe répondit avec son esprit chevalresque et vint chevaucher en Flandre. Les barons, quant à eux, furent beaucoup plus réservés, trouvant trop tardif le début de la campagne. Néanmoins, le connétable Gautier de Châtillon essaya de les enflammer en criant "Qui a bon coeur trouve toujours bon temps pour la bataille".
   
Enthousiasmé, Philippe IV de Valois l'embrassa vigoureusement puis s'écria "Qui m'aime me suive". Ce 20 août, les rebelles étaient écrasés à la bataille de Cassel.
    Cette expression est demeurée et appelle une preuve, par les actes de fidélités et d'amitié.

Philippe IV de Valois.
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Du Rire Aux Lames
  • : C'est le blog de la troupe Du Rire aux Lames du club d'escrime de Cormeilles en Parisis
  • Contact

Recherche

Archives

Liens