Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 07:35
Les soldats suisses à la renaissance ont imposé une nouvelle façon de faire la guerre. Armés de piqués de plus de cinq mètres de long, les soldats se disposent en carrés. Leurs actions est soutenus par les carreaux des arbalètes et par les canons. Peu à peu les arbalètes furent remplacées par des arquebuses, puis par des mousquets. Les oppositions avaient lieu en deux temps. La bataille rangée commençait par un choc frontal. Ensuite les piques devenaient inutiles. C'est pourquoi les épées étaient utilisées et permettaient que les fantassins gardent leur ordre. Ces épées devaient être assez courte de manière à être sorties de leur fourreau rapidement. Les fers doivent être robustes pour résister aux armures ou aux casques. Ces pourquoi les lansquenettes devaient être préférées.

D'autres régiments, plus spécialisés ne devaient pas combattre en mêlée. Ils équipaient leurs hommes d'une épée et d'un bouclier, voire d'une épée à deux mains (espadon). Leurs boucliers (des targes) leur permettaient de se protéger des projectils et aussi des piques. Ils pouvaient ainsi faire des dégats chez les piqiuers et préparer les attaques de cavalerie. Les manieurs d'espadon devaient être de grande taille, et recevaient double solde. Ils ouvraient des chemins parmi les piquiers en exécutant de grands moulinets. Ils protégeaient les capitaines et porteur d'étendards, voire les tambours. Les étandards et les tambours étaient indispensables pour transmettre les ordres.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Du Rire Aux Lames
  • : C'est le blog de la troupe Du Rire aux Lames du club d'escrime de Cormeilles en Parisis
  • Contact

Recherche

Archives

Liens